Blogue Noémie Dubuc massothérapie contrôle sur sa vie

 

Depuis que le méchant virus a mis le gros bordel dans nos vies, je vous l’avoue, je suis un peu déprimée. Bon, je vais être transparente avec vous : je me sens complètement désœuvrée.

Au début j’ai écouté un peu plus de séries en tricotant, puis après un certain temps je n’en pouvais plus de mouler ma place dans le divan. Et trop de séries, un moment donné, ça finit par me rendre anxieuse. Après j’ai complété 2 peintures à numéro que je m’étais procurées avant les fêtes et que je n’avais pas encore entamées. Ça m’a fait du bien au début. Ce fût même un très doux passe-temps pendant quelques jours. Puis je me suis écœurée. Autant j’étais comme obsédée par la perspective de les terminer, autant je n’en pouvais plus de faire aller mon pinceau frénétiquement tout en cultivant un sentiment de vide intérieur. J’ai fait du ménage! Beaucoup de ménage! De la cuisine, plus de cuisine qu’à l’habitude. Je me suis même remise à la course pour dépenser le surplus d’énergie emmagasiné.

Mais la vérité, c’est que j’ai vraiment du mal à me motiver à entamer des tâches qui pourraient m’être utiles pour mon développement professionnel. J’ai le sentiment que le domaine dans lequel je suis risque de subir assez longtemps les conséquences de cette crise, comme bien d’autres domaines, c’est certain. J’ai donc cet espèce de « à quoi bon… » qui m’habite.

Puis cette semaine j’ai trouvé un peu de motivation. J’ai donc sauté dessus comme si c’était la dernière bouteille de vin sur les tablettes de la SAQ.

J’avais le désir de repartir un blogue, mais sur mon site de massothérapie cette fois-ci (j’en ai tenu un sur le site de Mon Âme Danse pendant quelques temps). Je me disais que ce n’était pas ma priorité, mais que je pourrais m’y mettre quand j’aurai le temps. En vérité, j’avais le temps, je ne le prenais juste pas. Maintenant que du temps, j’en ai plus que souhaité, je vais essayer de le mettre à profit en écrivant. Voici donc la naissance de mon deuxième blogue!

Quand ma toilette m’insuffle un souffle nouveau

Voulez-vous que je vous dise ce qui m’a le plus donné de motivation cette semaine ? C’est d’avoir changé moi-même le mécanisme du flotteur de ma toilette. Yâââ! C’est la plus grande satisfaction que j’ai vécue en 5 semaines! C’est pour dire. Et c’est sur cet improbable et inattendu souffle d’espoir que je tente ici de surfer.

Je vous jure, ça m’a fait vivre un fort sentiment de pouvoir, d’avoir enfin le contrôle sur quelque chose (c’est pas vrai que cette mautadite toilette va avoir le dessus sur moi), ça m’a occupée plusieurs heures (parce que je suis néophyte en la matière, donc diagnostiquer le problème était déjà en soi un défi), et j’ai effectué un travail manuel (pas le plus agréable, j’entends) qui m’a complètement extirpée de ma monotonie résiduelle.

Au sortir de cette insoupçonnable aventure, je me suis sentie un peu plus ancrée dans mes bottines. Je me suis sentie un peu plus forte (bon je sais là, que c’est rien d’extraordinaire pi que la personne la moindrement manuelle et débrouillarde me juge solidement en ce moment ou se moque avec mépris).

Fais que mon meilleur conseil pour t’aider à sortir de la déprime du confinement, ce ne sera pas de respirer profondément en vivant le moment présent, de t’entraîner et de manger sainement, de te faire du bon pain maison qui embaume l’air d’un réconfortant parfum ou de prendre du temps pour te reposer (cr*** on a rien que ça du temps pour se reposer, JE SUIS REPOSÉE). Non mon amie!

Mon meilleur conseil pour toi, c’est de réparer quelque chose! Quitte à le briser juste avant si t’as rien à réparer sous la main. Mais de grâce, trouve un truc à réparer au plus vite pour la sauvegarde de ton âme. Idéalement quelque chose qu’on utilise tous les jours, question d’amener un ton de nécessité à l’activité.

Après, je te le dis, on sent qu’on a repris un peu de pouvoir sur sa vie. Parce que t’sais, si je me sens complètement impuissante et désœuvrée dans cette crise, j’avais vraiment besoin de trouver une façon de sentir que je peux encore avoir un peu de pouvoir sur certaines choses, aussi dérisoires puissent-elles sembler pour d’autres. Et qui sait, peut-être que ça peut servir à d’autre désœuvrés comme moi ?

Tu vois? Ça m’a permis de trouver la motivation pour faire quelque chose de foutrement plus utile : écrire un blogue qui sera lu par 20 personnes avec un peu de chance 🙂

Dans cette épopée, je suis allée sur le groupe Facebook Touski s’répare pour m’aider dans ma quête et j’ai une pensée pour mes amis Jonathan et Cédrick de Iphoenix qui font un extraordinaire travail de réparation des produits Apple. Parce que je préfère de loin réparer ce qui peut l’être plutôt que de racheter en neuf à chaque fois qu’il y a un souci, et me laisser emporter dans le tourbillon dans lequel les grandes entreprises veulent nous attirer, soit celui d’acheter toujours du nouveau, d’utiliser toujours de nouvelles ressources et de jeter toujours plus.

Bref, à go! Trouve un truc à réparer et retrouve ton énergie de jeune adulte qui a la vie devant lui.

Avec affection,

Noémie.

 

Revenir au blogue